Vitamine A

Définition: 

Le terme 'vitamine A' regroupe un ensemble de composés dont l’activité chez l’homme, est semblable. Le composé le plus actif et le plus abondant est le rétinol.

La vitamine A peut provenir de deux sources :
- rétinol ou esters de rétinol présent tel quel dans les aliments (foie,
oeuf, lait)
- transformation de précurseurs en rétinol. Ces précurseurs sont essentiellement l’alpha- et le béta-carotène, et les cryptoxanthines. Ces composés, sont aussi appelés " pro-vitamine A ", leurs molécules sont colorées en rouge-orangé, et ils appartiennent au groupe des caroténoïdes. On les trouve dans beaucoup de légumes et de fruits. Cette deuxième source constitue une part importante de l’apport alimentaire en vitamine A.

A cause de cette diversité de provenance, les quantités de vitamine A ne sont pas citées en grammes mais en équivalents rétinol (ER, RE) ou en Unités Internationales (UI). Un Equivalent Rétinol est égal à 1 µg de rétinol ou 3,33 Unités Internationales. Théoriquement, un ER est égal aussi à 6 µg de béta carotène ou 12 µg de cryptoxanthines. Mais ces équivalences avec les caroténoïdes sont actuellement contestées, et il faudrait en réalité 10 µg de béta carotène pour donner un ER et 20 µg de cryptoxanthines.

Métabolisme:

Après son absorption intestinale ou bien après transformation des caroténoïdes en rétinol dans la muqueuse intestinale, la vitamine A passe dans la circulation lymphatique et arrive au foie. L’absorption intestinale du rétinol est plus intense que celle des caroténoïdes (coefficient de l’ordre de 80% contre 35%). L’absorption intestinale de la vitamine A et des caroténoïdes est conditionnée par un apport suffisant en matières grasses (huiles, beurre, graisses). La conversion des caroténoïdes en rétinol est moins efficace voire nulle en cas de carence nutritionnelle.

Le foie est le lieu de réserve principal de l’organisme, il stocke 50 à 80% de la vitamine A totale de l’organisme. Une grande partie de la vitamine A nouvellement absorbée est donc mise en réserve dans le foie. Le foie libère ensuite la vitamine A en fonction des besoins de l’organisme. Cette libération se fait dans le plasma sanguin, et le rétinol y est fixé à un transporteur : la protéine transporteuse de rétinol (en anglais RBP). Les concentrations plasmatiques de vitamine A sont très dépendantes des concentrations de RBP, et inversement la RBP ne peut être libérée dans le plasma que si les réserves en rétinol sont suffisantes. Une concentration isolée de vitamine A sanguine est considérée pour cette raison comme un mauvais indicateur de déficit ou de carence en vitamine A. Ceci d’autant plus que l’organisme maintient autant qu’il le peut des teneurs sanguines constantes en vitamine A : c’est l’homéostasie du rétinol.

Cependant on estime que lorsque la concentration plasmatique de vitamine A chute en dessous de 1,05 µmol/l (300 µg/l) il existe un risque réel de carence. Un test de charge en rétinol permettra de dire si le déficit est lié à une insuffisance de synthèse de la RBP (déficit d'apport protéique), ou s'il s'agit d'un réel état carentiel.

Rôles de la vitamine A: 

Vision

La vitamine A joue un rôle important dans la vision. Dans les cellules en bâtonnet de la rétine, le rétinal, un dérivé du rétinol, se combine à la rhodopsine pour former un composé hautement sensible à la lumière. La lumière va scinder ce composé, ce qui va libérer de l’énergie et stimuler les terminaisons nerveuses directement connectées. Ce capteur va ensuite transmettre une image au cerveau par l’intermédiaire des nerfs optiques. L’un des premiers signes de carence vitaminique A est une mauvaise vision sous faible éclairage.

Croissance

De nombreuses études ont montré que la vitamine A était essentielle à la croissance. Un carence conduit en quelques semaines à une perte d’appétit, une perte de poids et un arrêt de croissance.

Développement de la peau et des muqueuses

La vitamine A joue un rôle important dans l’évolution des cellules de la peau et des muqueuses. En son absence les cellules se chargent en kératine, une protéine rigide, et perdent progressivement leurs capacités. Ces altérations atteignent peu ou prou tous les tissus, mais au niveau de l’œil les effets sont plus prononcés. On constate des lésions minimes au début d’une carence, et elles deviennent graves et irréversibles si l’apport reste insuffisant. L’effet de la vitamine A sur la division cellulaire et la différenciation s’explique probablement par la transformation du rétinol en rétinoïdes, molécules qui règlent au niveau moléculaire le fonctionnement de la cellule et ses divisions.

Effet anti-infectieux

Les altérations de la peau et de la muqueuse expliquent en partie la sensibilité accrue aux infections en cas de carence vitaminique A. Même des états pré-carentiels peuvent induire des modification au niveau des muqueuses respiratoires.

Un apport insuffisant se manifeste en outre par une baisse de compétence des cellules immunitaires : lymphocytes T principalement. Dans cette action, les caroténoïdes interviennent également.

Carence:

La carence en vitamine A est très fréquente dans les pays en voie de développement, si elle moins fréquente dans les pays industrialisés elle n’est pas totalement absente. Les causes sont principalement les insuffisances d’apport, et les déficits causés par certaines maladies, ou leur traitement.

Dans les pays en voie de développement, la carence en vitamine A est la première cause de cécité, elle est également responsable d’une mortalité infantile élevée après infection principalement par la rougeole.

Dans les pays industrialisés, les états carentiels sont moins profonds et leurs signes sont donc plus discrets : mauvaise vision de nuit, sécheresse de la peau, susceptibilité accrue aux infections virales et bactériennes.

Apports nutritionnels conseillés:

Les recommandations CEE en matière d’apport journaliers en vitamine A sont les suivantes :

 

Apports journalier minimal en vitamine A (en ER)

Nourrissons

0 – 1 an

350

Enfants

1 – 3 ans

400

4 – 6 ans

400

7 – 10 ans

500

11 – 14 ans

600

Hommes adultes

> 14 ans

700

Femmes adultes

Grossesse

Allaitement

> 14 ans

600

 

700

 

950

On peut facilement convertir ces apports en UI en multipliant les chiffres par 3,33

Les aliments les plus riches en vitamine A sont par ordre décroissant: l'huile de foie de morue, les foies de poissons, les foies animaux, le beurre, les oeufs, les fromages et le lait.

Toxicité:

Les apports excessifs en vitamine A peuvent avoir des effets toxiques, tout apport supplémentaire doit donc être contrôlé pour ne pas risquer de surcharge. Les effets toxiques apparaissent rarement par ingestion d’aliment riche en vitamine A (consommation excessive de foie par exemple: le foie contient de 2000 à 15000 ER pour 100 g)

Des apports de 30 000 ER par jour chez l’adulte, 3600 ER chez l’enfant peuvent provoquer des effets toxiques à partir de 6 à 8 mois. Ces effets se traduisent par une perte d’appétit, une peau irritée et sèche, pertes de cheveux, des nausées et vomissements, un épaississement des os, un gros foie. Un excès de vitamine A pendant la grossesse,  induit des malformations chez le foetus. Par mesure de prudence la Société Américaine de Tératologie recommande tout de même de ne pas dépasser 3000 ER par jour chez la femme enceinte.